Qualité de l'air

Malgré les améliorations technologiques et les mesures des pouvoirs publics qui ont réduit voire supprimé certaines formes de pollution, d’autres persistent et peuvent avoir des conséquences graves sur l’environnement et la santé.

Informations annexes au site

Chaque année, Paris et sa petite couronne sont soumises à d’importants épisodes de pollution à l’ozone et aux particules.

Les conséquences sur l’environnement et la santé

Les impacts néfastes sur l’environnement

  • Altération des écosystèmes et des façades des bâtiments par les pluies acides.
  • Amplification de l’effet de serre lié aux émissions générées par les activités anthropiques : transports, industrie, agriculture…
  • Destruction de la couche d’ozone due à l’émission de gaz fluorés et chlorés par les activités anthropiques.

Les effets nocifs d’une mauvaise qualité de l’air sur la santé

Ces effets augmentent en fonction des concentrations des substances polluantes dans l’air et de la durée d’exposition. Gaz irritants, les principaux polluants – dioxyde d’azote, ozone, dioxyde de soufre et particules fines – altèrent la fonction pulmonaire et accroissent les symptômes et les infections respiratoires.

C’est pourquoi il est recommandé aux publics sensibles - personnes âgées, enfants en bas âge, personnes présentant une pathologie cardiaque ou respiratoire -  de se montrer particulièrement vigilants.

L’organisation de la surveillance de la qualité de l’air en France

En France, la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie (loi LAURE) reconnaît dès 1996 le droit pour chacun de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé. Elle instaure une surveillance de la qualité de l’air sur l’ensemble du territoire, rôle confié à des associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA).

En Ile-de-France, l’organisme chargé de la surveillance de la qualité de l’air est Airparif. Il dispose d’un réseau de mesures de plus de 60 stations : des stations de fond éloignées des voies de circulation et des stations à proximité du trafic.

L’indice ATMO

L’indice ATMO est calculé quotidiennement pour toutes les agglomérations françaises de plus de 100 000 habitants à partir des niveaux mesurés des principaux polluants atmosphériques : poussières, dioxyde d’azote, ozone, dioxyde de soufre.

Les consignes à respecter en cas de pics de pollution

La loi sur l’Air a instauré une procédure d’information et d’alerte gérée par le Préfet. En cas de dépassement des seuils, celui-ci doit relayer l’information sur le territoire (conseils départementaux, mairies) et faire appliquer les mesures de l’arrêté inter-préfectoral du 27 octobre 2011 relatif à la procédure d’information et d’alerte du public en cas de pointe de pollution atmosphérique en région d’Ile-de-France. Les recommandations en cas de pic de pollution sont multiples :

  • Éviter les activités physiques et sportives intenses.
  • Veiller à ne pas aggraver les effets de la pollution par d’autres d’activités polluantes.
  • Limiter la température maximale des locaux en période de froid à 18 °C.
  • Respecter les traitements médicaux en cours à visée respiratoire ou les adapter sur avis du médecin.
  • Éviter l’utilisation d’outils d’entretien extérieur à moteur thermique.
  • Éviter l’utilisation des produits à base de solvant.
  • Éviter les feux de cheminée en foyer ouvert.
  • Privilégier les modes actifs de déplacement (marcher, vélo), le recours au transport en commun, le covoiturage ou l’usage de véhicules peu polluants.
  • Réduire sa vitesse sur la route.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site d’Airparif.

Stationnement résidentiel gratuit en cas de pic de pollution

En cas de pic de pollution, le stationnement résidentiel en zone orange, pour les titulaires d'une carte de stationnement "Résident", est gratuit à Vanves durant cette journée.