Nouvelles mobilités… Bien vivre ensemble !

Publié le

Trottinette, vélo électrique, monoroue, hoverboard… Qui peut rouler où ?
Faisons le point ensemble !

Informations annexes au site

Quelle est la législation et comment bien faire cohabiter tous ces modes de déplacements avec la sécurité des usagers et piétons ?

Ces nouveaux modes de transport pouvant la plupart du temps atteindre 25 voir 40 km/h pour les plus performants posent des questions et obligent à faire le point sur la réglementation.

Qui a le droit de rouler sur la chaussée, dans les voies de bus, sur le trottoir ou sur les pistes cyclables ?

Une des règles de bases pour mieux comprendre les bons usages concernant ces nouveaux modes de transports est tout d’abord de prendre en compte l’allure de la marche : plus ou moins proche des 6km/h.

Vélo et vélo à assistance électrique

Chaussées et voies cyclables autorisées - Trottoirs interdits

Le vélo, considéré, par la loi, comme un véhicule, est autorisé à circuler sur la chaussée des routes communales et départementales, mais pas sur les voies rapides (autoroute, routes nationales, boulevards périphériques). Il peut également emprunter les pistes cyclables, mais n’y est pas obligé.

La circulation sur le trottoir est interdite aux cyclistes, sauf ceux qui ont moins de 8 ans, sous peine d’une amende de 135 €.

Seules exceptions : hors agglomération, la circulation peut être tolérée sur les trottoirs si la route est pavée ou en état de réfection à condition de rouler au pas (plus ou moins 6 km/h).

 

Trottinette, roller et skate-board

Trottoirs autorisés – Pistes cyclables et chaussées interdites !

Ces modes de déplacement non motorisés sont autorisés sur les trottoirs à l’allure de la marche (6 km/h). Ils ne peuvent en revanche ni emprunter les pistes cyclables, ni la chaussée.

 

Trottinette électrique

Tolérée sur les trottoirs à allure modérée et sur les pistes cyclables – Chaussées interdites

Bien plus rapide que les trottinettes habituelles, les trottinettes électriques atteignent facilement 25 à 30 km/h, ce qui pose un problème sur les trottoirs au contact des piétons. Sa conduite sur le trottoir n’est acceptée qu’à l’allure de la marche (6 km/h), mais est aussi interdite sur la chaussée.

Son utilisation sur les pistes cyclables est sur le papier interdite, celles-ci étant réservées aux vélos, mais dans les faits, elle est tolérée.

Si un policier verbalise, l’auteur de l’infraction ne peut que plaider la tolérance comme circonstance atténuante, en l’occurrence le fait qu’il ait pu croire légitimement que la loi autorisait son comportement.L’existence de cette tolérance ne protège en revanche pas les conducteurs en cas d’accident, puisque les assurances ne reconnaissent pas la notion de tolérance, et considéreront que la personne qui conduit est responsable si elle était en infraction avec le code de la route.

Un comportement dangereux mettant délibérément la vie d’autrui en danger est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

A noter que le maire peut interdire l’usage de ces engins sur tout ou partie du territoire de sa commune, en fonction des circonstances locales.

 

Monoroue  Hoverboard, Segway…

Tolérés sur les trottoirs à allure modérée - interdits sur les pistes cyclables et la chaussée

Assimilés à des piétons en raison du faible encombrement de ces transports électriques sur deux roues, les utilisateurs ont les mêmes obligations que les piétons : rouler à l’allure de la marche (6 km/h), traverser la rue sur les passages et respecter les feux tricolores.

Contrairement à la trottinette électrique, ces engins ne sont pas tolérés sur les pistes cyclables.

Documents à télécharger : 

Trottinette électrique - Quelques règles de base.

Avec une trottinette électrique, voici les règles que vous devez respecter